Le hérisson : qui est-il ?

De la famille des érinacéidés, le hérisson est un petit mammifère très attachant et très utile… Il débarrasse nos jardins de toutes sortes de. bestioles nuisibles qui font le désespoir de la limace des jardiniers et des mamans gourmande de verdure à la vipère redoutée en passant par divers rongeurs, insectes, mollusques et batraciens…

Un animal à protéger au maximum tant son aide se révèle précieuse et efficace. De plus, il ne commet aucune déprédation grave. Comme l’écureuil, il gobe bien un surtout de caille ou de perdrix — œuf d’oiseau par-ci, par-là, mais ces larcins sont minimes en regard des « services » rendus. On le trouve dans les haies, les vergers, les jardins, les forêts, les plaines et, dans les Alpes, jusqu’à 1 500 mètres d’altitude !

Dans la nature, ce tendre amoureux généralement monogame agit comme les autres mammifères, à la saison des jonquilles. Il cherche une  épouse, s’accouple après une danse rituelle virevoltante ponctuée dc petits cris et de grognements cocasses. Deux mois plus tard, en juillet-août dans un nid de feuilles sèches et de mousse, naissent leurs petits de quatre à six aveugles, presque blanc d’ivoire avec des piquants encore mous !

Il faut compter un mois avant qu’ils soient pourvus de pointes dures et grisâtres comme leurs parents… et un mois de plus pour que le « bouclier » fonctionne et qu’ils puissent se mettre « en oursin ». Après les avoir allaités, la femelle les sèvre en les emmenant à sa suite à travers bois et vergers. Parfois, elle en perd un en route. Après deux ou trois portées, à l’automne, le couple s’endort dans le même nid jusqu’au mois de mars suivant…

Réjouissez-vous si vous avez des hérissons sur vos terres. Apprenez à vos enfants et à vos chiens à les aimer, à les respecter. Apprivoisez-les un peu, mais laissez-les libres d’aller où bon leur semble…

S’ils sont habitués à vos caresses, s’ils ne craignent rien, si vous leur avez donné un nom, si vous leur offrez quelques friandises… ils ne s’en iront pas ! Mais, non contents de communiquer avec nous, on s’aperçoit que ces animaux, en apparence peu bavards, communiquent aussi activement entre eux que les oiseaux du jardin pour lesquels nous avons installé des plateaux « libre service »…

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*