Le collier et la laisse pour chien

Le choix du collier

Vous l’avez choisi pour ses qualités de solidité, de facilité à le mettre et le défaire, en cuir ou en nylon, d’une couleur assortie à ses petites affaires très  certainement.

A la maison, vous lui fixez  le collier sans serrer, le doigt passe entre lui et le cou de votre chien, mais attention à ce qu’il ne lui glisse pas par-dessus la tête, vous resteriez avec le collier pendant au bout de la laisse à la main et votre chiot en liberté, ce qui sera très dangereux quand vous traverserez par exemple.

Certains préfèrent le harnais au collier. Il n’appuie pas sur la trachée fragile de votre chien même s’il tire trop fort. A vous de tester et de choisir, sachant que le harnais « frotte » aux aisselles, sur le cou, provoquant des nœuds, de la bourre à ces endroits.

Votre petit chiot va certainement essayer de s’en débarrasser, du collier, se grattant et secouant la tête. Parlez-lui, encouragez-le, lancez-lui son joujou, bref changez-lui les idées et il va l’oublier peu à peu.

Le choix de la laisse

Quand le collier est oublié, il faut passer à la laisse. Toujours à la maison, attachez la laisse au collier et laissez-la pendre librement. Votre chiot va la flairer, essayer de la mordiller, voire de s’en débarrasser. Parlez-lui de façon enjouée, caressez-le, entamez un jeu de balle, changez de pièce. Il vous suivra, sans plus penser à cette laisse. Bientôt il l’associera à un moment agréable qu’il aime, la promenade, et sera tout excité dès que vous la prendrez en main !

Au bout d’un moment, toujours à la maison ou dans votre jardin, vous attrapez la laisse et appelez votre chiot par son nom en lui disant « viens » et en tirant doucement en même temps. Il risque de s’arrêter, de s’assoir, de ne pas avancer. Ne tirez pas, ne grondez pas, ne vous énervez pas, il sentirait la tension et serait dérouté.

Tenant la laisse d’une main, faites un pas en lui montrant de l’autre main son jouet favori, ou une friandise. Curieux et gourmand il avancera et vous ferez vite un autre pas en le félicitant joyeusement. C’est comme un jeu. Pas une obligation. Vous voyez la différence ?  Et vous changez de pièce en le tenant toujours en laisse. Il  comprendra vite et vous pourrez bientôt l’emmener dans la rue.

A l’extérieur, même dans une rue calme, il se peut que, apeuré par les bruits des voitures – elles passent au ras de ses moustaches – votre chiot refuse d’avancer. Ne tirez surtout pas sauvagement sur la laisse, le traînant de force derrière vous, et ne le grondez pas. A un moment il voudra vous suivre, c’est obligé, et quand il vous aura rejoint, faites quelques pas encore en l’encourageant.

Par la suite, il se peut que votre chien, habitué à la laisse, risque de laisser éclater son bonheur de sortir et son énergie à dépenser en tirant comme un tracteur, et vous à sa remorque.  C’est désagréable pour vous et dangereux pour lui car si, au coin de la rue, il tombe nez à nez sur le molosse du voisin il peut se passer des moments difficiles, mieux vaut garder le contrôle !

Pour cela, dès qu’il vous dépasse  et se lance, votre petit diable, changez de direction, tout simplement. Ca tirera la laisse, le bloquera sur place et il devra vous suivre pour vous rattraper. Quand il est à votre hauteur, partez dans l’autre sens, sans prévenir. Pour ne pas se faire bousculer ou marcher sur les pattes il devra se garer et à nouveau vous suivre. Dès qu’il ne vous dépasse plus félicitez-le, récompensez-le !