Le chien et la circulation

Devant le passage des véhicules (à moteur ou non), le chien peut présenter deux attitudes opposées. Soit se mettre à les poursuivre en aboyant, au contraire se terrer, complètement apeuré. Dans les deux cas, il est important de corriger son comportement. N’oubliez pas que bon nombre de chiens sont tués chaque année par des voitures, mais qu’ils provoquent aussi des accidents (notamment chez les facteurs en vélo). Alors, Il est important de bien tenir l’annal.

Apprentissage

Si vous habitez la ville, il est indispensable de mettre le chien très tôt en présence de cet univers artificiel. Les bruits, le grouillement de l’activité vont d’abord l’effrayer. Mais SI vous savez l’encourager, il n’y aura pas de problème. L’important est de le caresser, de le dynamiser, tout en le tenant fermement en laisse. On peut penser que la laisse sert de lien entre lui et son maître, et lui donne un sentiment de sécurité.

Si le chien s’amuse à se précipiter sur tout ce qui bouge, il est indispensable d’obtenir d’abord son bon rappel dans des conditions de calme parfait, puis de faire des essais dans un endroit peu fréquenté. Un comparse peut conduire l’auto et passer doucement devant vous, Dès que le chien s’élance vers le véhicule, criez « au pied ! » et maintenez-le fermement (au besoin, utilisez un collier étrangleur pour lui faire associer l’idée de désagrément au fait de poursuivre la voiture).

N’oubliez surtout pas de le féliciter chaque fois qu’il a obéi. Il sera ensuite nécessaire de compléter cet apprentissage par des promenades de plus en plus longues dans la ville. Arrangez-vous, chaque fois, pour progresser dans le sens du trafic. L’exercice est le même avec les bicyclettes et les vélomoteurs.

Nos astuces

Il serait parfait que cet apprentissage de la rue soit complété par un conditionnement à ne pas traverser la voie sans être en votre compagnie. Pour ce faire, laissez le chien divaguer dans la campagne en bordure d’un chemin peu fréquenté. Dès qu’il fait mine de traverser, criez ; « au pied ! L’animal, se sentant surveillé (vous devez même compliquer en vous cachant), n’osera plus traverser sans votre présence.

Tentez de sophistiquer un peu cette leçon en traversant vous-même, alors que le chien se trouve ailleurs, totalement libre. Dès qu’il va vous voir, il cherchera à vous rejoindre.  Dès que le chien s’approche de la route, criez : « pas bouger ! » ou « assis ! Si l’animal passe outre, vous devez le raccompagner à l’endroit où il a traversé, et lui répéter fermement l’ordre. A ce moment, traversez devant lui. L’exercice ne sera acquis qu’à l’arrêt systématique du chien devant la route, quelle que soit votre position (c’est assez long, et demande un entraînement soutenu et répété le plus souvent possible).